Le vélo à position allongée Quetzal




Développement du projet Quetzal de 1993 à 2006

Vélo allongé brevet US 516071171 & Can Pat. pending (investissement de 14000 heures de R&D et essais sur route de 16,000 km) Conception des modèles de développement 8 prototypes, gabarits de montage, des gabarits de soudage, les gabarits de pliage de siège, dessins de fabrication de 8 modèles, les modèles publicitaires pamphlets (8), émissions de télévision, un séminaire de formation pour l’assemblage de composants chez le fabricant, exposition à Anaheim en Californie et de Cologne en Allemagne, la rédaction des demandes de crédit d’impôt à la R&D. conception, fabrication et essai d’un moteur à gaz auxiliaire de 0,8 cv qui a un poids total de 3,2 kg.
En résumé de 1995 à 2006 ont été vendus :
Dans la version d’origine
– 600 unités en alliage d’aluminium, T-100,T-105 et T120
– 350 unités en acier chrome molybdène,
Dans la version (à coût réduit) :
– 2 140 modèles enfant, EVOX,
– 3 040 modèles adultes, alliage d’aluminium et chrome molybdène,
1996 – Une erreur dans la promotion de Quetzal
Au printemps 1996, le vélo à position allongée Quetzal subit les conséquences d’une  erreur de promotion, quand Vélo Mag édite un article destructeur sur le Quetzal par un journaliste expert en vélo de course qui ne connait rien au vélo à position allongée.
Ce journaliste avait emprunté  un vélo au gérant propriétaire du magasin sans faire aucun ajustement car  ceci se passait un  samedi en plein rush du printemps. Le propriétaire lui dit qu’il n’avait pas le temps et commet l’erreur de lui confier quand même un Quetzal sans l’ajuster correctement (à noter que le propriétaire lui avait dit préalablement de ne pas venir un samedi car le magasin est bondé ce jour là).
Le vélo est beaucoup trop court pour ce grand gaillard de 6′, avec un pneu arrière sous-gonflé à 40 psi environ (pression nominale du fabricant), alors que nous savons très bien chez Quetzal que la pression du pneu arrière doit être réglée à 70 psi minimum.
Le journaliste fait ses essais avec ce vélo mal réglé et c’est dévastateur.
À partir de la parution de cet article,  les ventes ont commencé à baisser drastiquement. Le propriétaire  n’aurait jamais dû prêter ce vélo à ce journaliste.
Remarque : Une réputation prends des années à se bâtir et si peu de temps pour être détruite